Actualités

Le presbytère se transforme en gîte

Samedi, la municipalité de la commune nouvelle de Rots a inauguré le gîte après dix-huit mois de travaux. Une page de l’histoire de ce presbytère se tourne.

L’histoire

La paroisse de Rots fut donnée par Guillaume le Conquérant à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen en 1062. Elle était assez grande puisque l’église de Norrey en dépendait et fut administrée par un vicaire jusqu’en 1802. Jusqu’à la Révolution, le curé de Rots était nommé par l’abbé de Saint-Ouen. Vers 1825-1830, le conseil municipal prit la décision de construire un nouveau presbytère (actuel corps principal) pour héberger le curé de Rots et son vicaire ainsi que des prêtres missionnaires.

C’est une construction classique en pierre de Caen qui remplace un presbytère plus ancien dont on ne garde que les écuries (dépendance en perpendiculaire). La parcelle de terrain à l’arrière fut un jardin potager vivrier et, sur la façade avant, se trouvait des poiriers et un pommier à couteau. Les derniers gros travaux sur le presbytère eurent lieu en 1951 avec la réfection de la couverture qui avait été endommagée pendant le Débarquement.

Trois projets décidés en avril 2014

Jacques Virlouvet, maire, a précisé les étapes des décisions : « Lors de la création de la nouvelle commune, nous avons mis ces trois projets dans la corbeille de mariage en 2016 avec leur financement. Tout naturellement, ces trois investissements ont été inscrits au budget primitif 2016 de la commune nouvelle de Rots. »

La mise en conformité du parvis de l’église, pour répondre à la loi sur les accès pour les personnes à mobilité réduite (PMR), la réfection de l’éclairage extérieur comme intérieur, pour pallier des problèmes de sécurité et le parking de douze places ont coûté 234 000 €, dont 146 000 € pour la commune. Le troisième projet est la réhabilitation du presbytère et sa transformation en gîte communal. Le coût de l’opération est de 589 000 €, dont 482 000 € à charge de la commune.

Les travaux ont duré dix-huit mois

Onze entreprises ont travaillé à la rénovation de ce presbytère sur une période de dix-huit mois. « Je tiens à remercier la Maison d’histoire, entreprise de maçonnerie, dont les ouvriers et les compagnons ont fait preuve de professionnalisme. »

Deux entreprises ont fait défaut pendant les travaux qui ont retardé la réception. Le nouveau conseil municipal a choisi de confier la gestion de ce gîte à Guillaume Vauvrecy, de la société Billy and co. Un bail commercial de neuf ans a été signé.

Source : journal Ouest-France du 25 mars 2019.