Actualités

La Ferme de Billy se couvre d’or à Paris

La cidrerie de Rots a été récompensée au concours général agricole de Paris, pour son pommeau et son jus de pomme.

Les gens d’ici

Avec deux médailles d’or récompensant son pommeau AOP de Normandie et son jus de pomme, la Ferme de Billy est revenue, encore une fois, auréolée du concours général agricole de Paris. « Depuis dix ans, nous avons remporté vingt-trois médailles au Salon de l’agriculture », précise Henri Vauvrecy.
Dirigée par son fils Olivier, la cidrerie de Rots produit 100 000 bouteilles par an. La gamme est large : jus de pomme (nature mais aussi au basilic et à la menthe), calvados, pommeau de Normandie, cidre et vinaigre.

Export aux États-Unis

« Près de 10 % de la production cidricole est exportée aux États-Unis, en Angleterre et aux Pays-Bas. Mais on vend surtout en direct, dans quelques grandes surfaces autour de Caen ainsi que dans les cafés, hôtels, restaurants », explique Olivier.
Les Vauvrecy perpétuent la tradition. « Il y avait déjà des pommiers, ici, à l’époque napoléonienne. » Mais la ferme doit sa spécialisation cidricole à Henri. En 1968. « Jusqu’alors, c’était une exploitation agricole classique : polyculture-élevage. La production de cidre était consommée par les gens qui y travaillaient », se souvient Henri.
Aujourd’hui, le domaine familial exploite 20 ha de pommiers (100 ha de céréales et de betteraves). Cette année, la production de fruits à cidre a été exceptionnellement basse. « Environ 220 tonnes contre 300 à 400 tonnes habituellement. On sortira moins de bouteilles de calvados. »
Mais la production s’est enrichie, il y a quatre ans, avec le cidre de glace. Le moût de cidre est congelé pour former un gros « glaçon ». Après son dégel, Tangi Leroy, l’œnologue, obtient un jus de pomme très concentré en sucre qui fermente deux à trois mois avant d’être stocké, en fût de chêne, durant un an. « Il faut 1 000 litres de jus de pomme pour 200 à 300 litres de cidre de glace. » Le produit, baptisé Brise de glace, affiche de 8 à 13° d’alcool et se boit frais. Du haut de gamme vendu 22 € la bouteille.

Guillaume LE DU (journal Ouest-France du 17/03/2017).