Actualités

Des panneaux sur les chemins de la Libération

L’idée des chemins de la Libérations est venue de Patricia Leullier, présidente du comité de jumelage, et d’Isabelle Le Roux, ancienne adjointe. Un parcours initiatique de 18 km.

Dimanche soir, plus de 300 personnes ont assisté à l’inauguration des panneaux en trois langues (anglais, allemand et français) sur le thème des chemins de la Libération, en présence de John Harrisson, vétéran du 46 RMC (Royal Marines Commando), âgé de 98 ans.

Une idée d’Isabelle Le Roux, ancienne adjointe au maire, et de Patricia Leullier, présidente du comité de jumelage qui a été aidée par Alain Delhommeau, cheville ouvrière du projet et créateur du Relais de la mémoire au sein de la commune. Jacques Virlouvet, maire, a retracé la genèse de la réalisation de ce projet : « Il nous est apparu évident de reprendre l’idée et de l’étendre aux trois quartiers de la nouvelle commune de Rots, de réaliser un parcours de Libération et de créer autour de cet événement un lien physique entre nos trois quartiers. Ainsi, les habitants, les promeneurs, mais aussi vous tous, descendants des vétérans, pourront marcher sur les traces de ces soldats dont nous saluerons la mémoire ce mardi. Merci à tous les bénévoles qui ont contribué à la réalisation de ces panneaux d’informations et aux services techniques qui les ont mis en place. »

« Honorer nos libérateurs »

Pour Alain Delhommeau, ancien directeur de l’école des Roseaux, « ce parcours s’inscrit dans le cadre du Relais de la mémoire. Les seize panneaux disposés sur 18 km, illustrent les moments forts de juin 1944 et des mois avant et après la Libération. Il s’agit de rendre hommage et d’honorer nos libérateurs, Anglais et Canadiens, et tous ceux qui sont morts ; de relater les durs combats et la résistance à l’occupant allemand ; de ne pas oublier les souffrances et les victimes civiles et surtout de faire prendre conscience aux jeunes générations ce qu’est la guerre. »

Ce parcours est aussi un hommage à Christian Leménicier, jeune homme âgé de 17 ans en 1944, qui avait permis à Max Planchon, ancien président de l’association Cocktail culture, et à Alain Delhommeau, d’éditer le livre de ses témoignages dans Chronique d’un été brûlant à Rots. Nombre de ses écrits ont été utilisés sur les panneaux. « Le bénéfice de la vente des exemplaires du livre a servi à financer l’élaboration de ce parcours. »

Source: journal Ouest-France du 11 juin 2019.