Actualités

La charte de la participation citoyenne signée

Ce dispositif, initié en début d’année pour réduire la délinquance, va devenir opérationnel rapidement après la formation des référents.

Pourquoi ? Comment ?

La charte de participation citoyenne, qu’est-ce que c’est ?
Depuis le début de l’année, la municipalité travaille avec les services de la Préfecture et la compagnie de gendarmerie pour mettre en place un dispositif appelé charte de participation citoyenne. Cette charte est le prolongement du dispositif Voisins vigilants déjà mis en place en 2006.
La démarche consiste à sensibiliser les habitants d’une commune ou d’un quartier en les associant à la protection de leur propre environnement. Cette charte encourage la population à adopter une attitude vigilante et solidaire et à informer les forces de l’ordre de tout fait particulier, sans avoir vocation à se substituer à la gendarmerie.
Une réunion s’est déroulée à la fin du mois de février pour expliquer ce dispositif, ses limites et éviter quelques dérives. Le maire, pivot en matière de prévention de la délinquance dans sa commune, est chargé de la mise en œuvre, de l’animation et du suivi du processus. Le protocole a donc été signé vendredi soir dans la salle du conseil entre le préfet, représenté par Camille Goyet, directrice de cabinet, le maire, Jacques Virlouvet, Mickaël Sorre, commandant de la compagnie de Caen, accompagné de Sébastien Tessier, capitaine au sein de la brigade d’Evrecy et de Michael Lardeur, adjudant au sein de la compagnie de Thue-etMue.
Cette charte comprend trois points essentiels : il s’agit de rassurer la population, d’améliorer la réactivité de la gendarmerie contre la délinquance d’appropriation et d’accroître l’efficacité de la prévention de proximité.

Dans les faits, comment cela va-t-il se traduire?
La municipalité, dans les trois quartiers de Secqueville-en-Bessin, Lasson et Rots, a recruté des habitants, citoyens qui vont devenir référents.
Seize d’entre eux sont déjà investis de leur mission et contribueront à faire remonter leurs observations à la gendarmerie, par mail ou par téléphone portable. «Ces informations, même si les référents n’ont pas l’impression qu’elles sont utiles, nous permettront d’élucider des affaires. Le numéro d’immatriculation particulier d’une voiture à un endroit peut nous aider à résoudre une enquête, une affaire qui s’est déroulée à un autre endroit », a expliqué le capitaine Tessier.
Des réunions pour former les référents seront mises en place prochainement car, comme l’a précisé le commandant Sorre, « l’initiative personnelle est à proscrire ».

Le protocole de la participation citoyenne a été signé vendredi soir dans la salle
du conseil en présence de Camille Goyet, directrice de cabinet du préfet; de
Jacques Virlouvet, maire; du commandant Sorre, compagnie de gendarmerie de
Caen; du capitaine Tessier, d’Evrecy et de l’adjudant Lardeur, compagnie de Thueet-Mue.

Source : journal Ouest-France du 25 juin 2018.